Résultats de l'enquête professionnelle

Note méthodologique : 

 

Cette enquête se fonde sur les réponses des diplômés des formations en aménagement et urbanisme de l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne, recueillies à l’occasion de la mise à jour de l’annuaire des diplômés 2019. Ces résultats ont été recueillis par questionnaire, en ligne, entre le 10 mai et le 15 juillet 2019. Nous avons obtenu 465 réponses sur un ensemble de 680 diplômés soit un taux de réponse de près de 70%, avec cependant nombre plus important de réponses des promotions récentes (constituées de promotion plus nombreuses). Certaines données ont été comparées avec l'enquête professionnelle du Comité national des jeunes urbanistes (CNJU) de 2018, qui prend appui sur un sondage auprès de diplômés de 2013, 2014 et 2015 d'une vingtaine de formations d'urbanisme de second degré. 



 

1. Secteur d’activités 

 

  • Une domination des secteurs Urbanisme opérationnel et Études et planification urbaine avec respectivement 16,7% et 14,3%. 

 

  • Trois autres secteurs thématiques employant plus de 10% de diplômés : Habitat et politique de la ville, Transport, et Recherche et Enseignement. 

 

  • Une part significative de reconversion professionnelle avec 12,5% d’anciens étudiants se déclarant dans la catégorie “Autres”

2. Type de structure 

 

  • Une première place très nette des Collectivités locales comme type de structure (20% des diplômés), mais à nuancer par la forte décroissance de ce taux les 20 dernières années

 

  • Une forte concentration des diplômés en Collectivités locales dans le bloc communal (plus de 77%), pour moins de 12% dans les Régions et Départements

 

  • Quelques structures employant un taux significatif de diplômés (supérieur à 5%) : les bureaux d’études (13%), les établissements publics (9,3%), les agences privés d'architecture, d’urbanisme et de paysage (7,6%) et les universités (7,4%)

3. Lieu de travail 

 

  • Une très large majorité de diplômés travaillant en Île-de-France (plus de 61%).

 

  • Une part faible mais non négligeable (8%) à l’étranger

 

  • Faiblesse des autres régions métropolitaines (moins de 4% des diplômés), à l’exception de la région Auvergne-Rhône-Alpes (6,1%)

 

  • Comparaison avec l'enquête du CNJU : La profession suit cette forte tendance à la concentration mais de manière moins importante, avec 38% des urbanistes qui travaillent en Île-de-France, mais comprend une plus faible part de personnes travaillant à l'étranger (3,5%)

4. Contrat de travail 

 

  • Une majorité de diplômés se déclarant en emploi stable entre un très fort taux de CDI (52,3%) ainsi de titulaire de la fonction publique (22%)

 

  • Un taux important de CDD (14,7), nettement supérieur à celui des travailleurs indépendants ou en contrat doctoral (4,8%) 

 

  • 12,2% des diplômés entre 2012 et 2018 sont en contrat doctoral. 

 

  • Comparaison avec l'enquête du CNJU : La profession compte plus de CDD (52%) et bien moins d'agents titulaires de la fonction publique (2,3%)

 

  • Sur le long-terme, des taux de contrat stable qui dépasse 85% pour les diplômés de 1989 à 2008, mais qui plus faible sur les dix dernières années. 

 

  • Sur les 10 dernières années, un taux de contrat stable toujours supérieur à 40% et fortement croissant quand on s’éloigne dans le temps, dépassant largement les 60% après 5 ans de diplôme, malgré une forte baisse de diplômés titulaires de la fonction publique

Nous contacter

© 2019 par Magistram
Créé avec Wix.com

13 rue du Four
75006, Paris, France

assomagistram@gmail.com

  • Instagram
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now