top of page
  • Photo du rédacteurLouis Lucas

Réflexion photographique : "5 shades of blurry. Lumières errantes dans la nuit montmartroise."

La nuit n’est pas seulement la temporalité qui prend en place entre le coucher et le lever du soleil. Elle est un espace-temps qui entraîne un bouleversement de nos repères spatiaux dans la ville.


La nuit entraîne aussi un bouleversement du fonctionnement des vieux appareils photos comme le mien. L’obscurité oblige à diminuer la vitesse d’obturation pour pouvoir capter suffisamment de lumière. Sans trépied, c’est une garantie d’obtenir des photographies floues.


Quel meilleur endroit pour aller prendre des photos floues que le quartier de Paris du haut duquel on peut observer toute la lumière émise par la capitale ? Montmartre offre une palette complète de tous les éclairages nocturnes possibles et imaginables. Des enseignes lumineuses aux LEDs implantées dans le sol, en passant par les réverbères, les guinguettes des terrasses et les lumières émises par les immeubles parisiens. En suspension, en façade ou sur mâts, on trouve à Montmartre de l’éclairage public pour tous les goûts, surtout dans les tons chauds qui sont privilégiés par les services techniques de la Ville de Paris pour les quartiers à caractère patrimonial.


Parti avec l’idée de mettre en valeur les tonalités chaudes de l’éclairage montmartrois, j’ai décidé de prendre des photos de plus en plus floues au fil de mon ascension de la butte. L’idée était de photographier la ville jusqu’à ce que les photographies ne la représente plus vraiment.


Photo 1 : Guinguette pas trop floue


Photo 2 : Enseigne un peu floue

Photo 3 : Les toits de Paris bien flous

Photo 4 : Un escalier complètement flou

Photo 5 : ???? allez, ça suffit maintenant

Comments


bottom of page